Livraison offerte jusqu’au 31 Mars 2022

Le Blog

La callisthénie a le vent en poupe ! Il faut dire que cette pratique, qu’on appelle souvent par son nom anglais calisthenics présente un bon paquet d’avantages. À la croisée des chemins entre musculation et gymnastique, elle regroupe différents exercices qui ont tous un point commun : développer de façon conjointe les capacités physiques et la beauté du corps. Pour le dire encore plus clairement : pratiquer la callisthénie, c’est un moyen sain et efficace d’avoir un meilleur physique en utilisant comme seul outil le poids du corps.

Eh oui : ici, pas besoin de matériel de musculation. Mais si la « calisthenics » fait désormais son grand retour en force, il ne faut pas croire que c’est une nouveauté. Non. On la pratiquait même déjà dans la Grèce antique ! En fait, c’est une pratique tellement répandue que certains l’ont déjà essayée sans même le savoir. Par exemple ? En effectuant des exercices de musculation : abdos, pompes, sauts, etc. Ce qui est sûr, c’est que la callisthénie est un moyen simple et efficace de se muscler, pour un peu qu’on soit vraiment motivé. Alors, prêts à sauter le pas ? Petit tour d’horizon avant de courir s’entraîner.

Mais au fait, la callisthénie, c’est quoi ?

Attention : il ne faut pas confondre callisthénie et « street workout ». Une erreur que beaucoup ont tendance à commettre. Le street workout, c’est la pratique qui consiste à s’entraîner dans la rue, en utilisant souvent des barres fixes pour se muscler. Quand on parle de callisthénie, là, on parle de toutes les techniques qui consistent à se servir du poids du corps et de la gravité pour se muscler. Que ce soit dans la rue ou pas, ce n’est pas la question. Par contre, il est vrai que dans un cas comme dans l’autre, les exercices peuvent se révéler très intenses.

Mais ce qui est bien avec la callisthénie, c’est qu’on n’a pas besoin de s’inscrire dans une salle de muscu. En fait, cette pratique regroupe différents exercices de gym, des pilates, et une grande variété de mouvements : squats, pompes, tractions, fentes, dips, etc. La callisthénie inclut donc des pratiques de « street workout », mais pas seulement.

C’est un type d’entraînement ultra-polyvalent. On peut parfaitement l’allier à d’autres pratiques, comme les sports de combat ou l’haltérophilie, pour ne citer que deux exemples. Mais c’est avant tout un super moyen d’utiliser le poids du corps pour être sûr qu’on exerce tous ses muscles et pas juste certaines parties du corps.

Quels sont les avantages de la callisthénie ?

La callisthénie, c’est tout simplement LA pratique idéale pour les sportifs soucieux de leur physique ! En vrac, elle permet d’augmenter sa musculature, de se sentir mieux dans sa peau, d’assécher et de sculpter ses muscles, de brûler ses graisses, de devenir plus puissant et plus souple, d’améliorer sa posture, sa souplesse, sans parler du système cardio-vasculaire qui appréciera tout particulièrement. Mais encore ?

Ce qui attire beaucoup de gens vers la « calisthenics », c’est que pour la pratiquer, on n’a pas spécialement besoin de matériel de musculation. En gros, on peut en faire n’importe où : à la maison, dans la rue, dans un parc, dans la forêt… Pour débuter, on peut tout simplement effectuer des pompes sur les genoux. Ensuite, on peut enchaîner sur des pompes sur les pieds en claquant les mains. C’est un type d’entraînement progressif et adapté à tous et toutes. En plus avec la callisthénie, on améliore très vite sa coordination. À ce niveau, c’est même réputé plus efficace que les pilates ! Et en ce qui concerne la masse musculaire ? Là, franchement, difficile de faire mieux.

Callisthénie : d’autres éléments importants

Deux éléments sont très importants pour tirer le meilleur de son entraînement en « calisthenics » : la régularité, et une façon pertinente d’utiliser au mieux le poids de son corps. En alliant ces deux choses-là, et en s’entraînant entre trois et quatre fois par semaine, on peut commencer à se rapprocher d’un physique de gymnaste en seulement quelques mois.

En plus, la callisthénie favorise la concentration, et utilise un maximum de muscles. On peut la pratiquer quel que soit son niveau : elle apportera des bienfaits aussi bien aux débutants et aux plus jeunes, qu’à ceux qui pratiquent la muscu ou la gym depuis très longtemps. Enfin, la callisthénie permet de lutter contre le mal de dos, l’un des problèmes physiques les plus récurrents dans nos sociétés modernes.

Quel matériel de musculation pour pratiquer le Calisthenics ?

La pratique de la callisthénie ne nécessite pas particulièrement de matériel de musculation. Les seuls éléments indispensables : un corps en état de marche, et un endroit assez grand pour ne pas être gêné dans ses mouvements. On peut aussi se servir d’une barre de traction, qu’on peut même installer dans son salon, par exemple. On l’a déjà dit, on le répète : les exercices callisthéniques peuvent s’effectuer n’importe où.

Si vous souhaitez effectuer des exercices avancés de Calisthenics, voici une sélection d’appareils qui vous seront utiles :

[etheme_products type=”grid” columns=”3″ product_view=”mask” product_view_color=”dark”  hide_buttons=”yes” ids=”5825,6045,5549″ title=”CHOISIR UNE STATION DE MUSCULATION”]

Quels exercices en callisthénie ?

L’important, c’est d’y aller petit à petit. Un entraînement progressif et bien réfléchi accomplira bien plus qu’un entraînement trop intense dès le début. En plus, si on commence sur les chapeaux de roues, on augmente le risque de blessure. Alors, patience ! L’idéal quand on débute, c’est de consacrer trois ou quatre semaines à des séances d’une vingtaine de minutes. Passé ce délai, on peut faire des séances plus longues. Parce qu’on a développé sa masse musculaire, on peut se consacrer aux pompes, aux tractions à une main, aux squats sur une seule jambe… Mais aussi à des exercices plus impressionnants, comme « l’homme drapeau » (on ne vous fait un dessin !), des « muscle-up », ainsi que du gainage avec sangles ou anneaux.

Les pompes, les tractions… Tout ça fait partie de la callisthénie. Tant qu’on utilise le poids du corps, c’est bon ! Niveau pompes, on peut bien sûr varier les plaisirs : pompes avec medécine-ball, sauts pliométriques, pompes « spiderman » pour les obliques, en levant les genoux durant la descente. Idem pour les tractions : pull-ups, chin-ups… Ce serait dommage de toujours utiliser la même technique ! La callisthénie, c’est la variété.

Ensuite, il y a les abdos. Là c’est pareil, la variété est grande, entre crunchs, gainage et compagnie. Et pour prendre soin de son système cardiovasculaire, on passe à la haute intensité : les jumping jacks et autres burpees sont au programme pour les pratiquants de la callisthénie. Alors, prêts pour l’entraînement ?

LIVRAISON OFFERTE

Dans toute la France

SUPPORT 24/7

Contact@pullupfitness.com

PAIEMENT SÉCURISÉ

Partenaire Crédit Mutuel